Pages - Menu

jeudi 2 février 2012

Une controverse autour du logo des JO de Madrid

Pour sa candidature aux JO de 2020, la ville de Madrid a lancé un concours pour la création du logotype, compétition remportée par le jeune Luis Peiret, un graphiste de 22 ans.
Seulement, voila, depuis la présentation de ce logo, lundi dernier, plusieurs problèmes sont apparus.
Le premier, c'est que le graphisme original de Luis Peiret a été pas mal retouché par l'agence Tapsa.

Le logo de Luis Peiret


Le logo présenté.

disparition des rectangles et apparition de d'élipses colorées, recadrage de la typographie atténuant le M de Madrid au profit d'un hypothétique mélange entre ce M et un 200 (l'idée derrière c'est de lire 2020, mais on lit 20020). Changements typos, exit le noir… Luis Peiret ne reconnait plus sa création.

Mais ce n'est pas tout : maintenant une société madrilène fabricant des poupées gays, accuse les concepteurs d'avoir pompé sa charte graphique (reprise des couleurs et des formes sur la tête des poupées)



8 commentaires:

Lorran a dit…

En plus, le logo originel est quand même vachement mieux que le final de l'agence…

Julien a dit…

Bien d'accord :-)

Martin a dit…

C'est clair, le logo retouché par l'agence ne ressemble en rien à l'idée de base. Je préfère beaucoup plus celui du jeune graphiste aussi ! A les agences se croient tout permis :)

Julien a dit…

Ne jettons pas l'opprobre sur les agences sans connaître l'historique du boulot. Ils n'ont probablement fait que répondre à la demande…

flow a dit…

Autant la typo du premier est bien réalisée, en lien avec le logo, autant la version bisounours est juste insipide...

Anonyme a dit…

Je ne partage pas bien vos avis sur la question.

Le premier logotype mélange trop de styles graphiques :
1 typo script, 1 italique, 1 typo avec serifs... si l'on ajoute la forme spécifique des quadrilatères cela commence à faire un peu baroque.

Et que dire de ce "m20" vraiment mal fait, genre fait à la main (mais en réalité mal exécuté à la souris) dont les pleins et déliés sont assez dis-harmonieux.

Au moins dans le second logo, on commence à percevoir une arène avec ses arches, voir une couronne (lauréat). La forme des ellipses de couleurs évoquent mieux la lumière (on est en Espagne).

C'est plus "pop" mais (à mon avis) plus parlant pour monsieur tout le monde. Un tantinet trop simple, je vous l'accorde.

Ce qui est vraiment regrettable dans cette histoire, c'est que l'on est pas demandé à Luis Peiret de faire les changements. Quelle frustration pour le graphiste !

Pascal, le Mélenchon du graphisme

Anonyme a dit…

Le fabricant de poupées peut en profiter pour signer un accord avec la ville pour que ces poupées deviennent la mascotte des JO...Et tout le monde sera content.
Par contre je suis d'accord il faut tjrs demander l'accord du graphiste avant de retoucher son travail. (parfois dans les concours c'est bien verrouillé en défaveur du gagnant (droits inclus et aucune revendication de sa part...) Clémentine

STTZ a dit…

J'avais eu écho de cette polémique, mais j'ignorais l'origine de ce logo. Merci d'avoir mis en avant la création de Luis Peiret qui est vraiment sympa, certes, un poil "baroque" mais elle mérite de mettre en avant le "m20" et non des tongs de toutes les couleurs !